Taverne

Playlist Podcast #3 : Super Ciné Battle

écrit par audio du village

Troisième et pas le dernier des numéros de cette playlist, si toutefois ma fainéantise veut bien prendre des vacances. Au programme un texte diablement plus court étant donné l’univers dans lequel nous gravitons. En l’occurrence Super Ciné Battle est un des Podcast dit officieusement du Robotic Univers, aka « les podcast dans lesquels est impliqué Daniel Andreyev/ Kamuirobotics », un univers qui étoffera de lui-même dans les prochains numéros.

Super Ciné Battle : Graver dans le marbre

Certes le principe est un peu dans le titre, mais il est toujorus bon de demander : Aimes-tu le cinéma ? Si non, ce qui est une réponse étrange, autant passer ton chemin car… CA NE PARLE QUE DE CA.

Vois un peu le pendant d’un Nanarland le Podcast, mais en mode Duo et parfois de bons films… parfois des moyens… parfois des Nanars… mais parfois de la bouse imprimée à même la pelloche. Ici se construit une liste de films du meilleur au moins bon, classés par décennie, puis selon la formule consacrée « gravée est dans le marbre ». En gros un film ne peut que redescendre par l’action des nouveaux arrivants supérieurs en qualité. Un podcast simple, de type discussion, sans mise en scène ou différentes rubriques si ce n’est les reco (siffredi) de la semaine pour clore l’exercice.

Étonnamment, le petit polar sympathique Memories of Murder se classe relativement haut dans le classement des années 2000

Super Ciné Battle fonctionne sur une sorte de modèle participatif en prenant des listes de 3 films envoyée par les auditeurs, avec une thématique commune et aussi brumeuse que possible. Ère du Patreon oblige, les contributeurs sont bien sûr prioritaires, saleté de capitalisme. Chaque numéro s’articule autour d’une décennie, prend 2 ou 3 listes de 3 films, parle autour des œuvres et va les caler une par une dans ladite liste finissant par devenir bien grassouillette. Puisque c’est un Duo, à savoir Kamuirobotics et PaPa, le classement est affaire de compromis, exemple :

(PaPa) -Je peux pas classer La Soif de l’Or au-dessus de The Blade !

(Kamuirobotics) -Ok, juste en-dessous de Pulp Fiction, ça te va ?

(PaPa) -Allez vendu ! La Soif De l’Or, entre Pulp Fiction et Fargo

(exemple très légèrement romancé par mes soins)

En soit l’exercice n’a rien d’incroyablement novateur, mais ce podcast est avant tout tenu par des passionnés et, surtout, servi par une régularité extrême. Toutes les deux semaines, sauf cas exceptionnels, pour une formule presque inaltérable, ne variant qu’en de très rares épisodes spéciaux. Ainsi, lancé en 2016, SCB compte maintenant 84 épisodes, ou plutôt 85 épisodes (en comptant le pilote) et 4 de plus si l’on prend en compte une trilogie dédiée à Michael Bay ainsi qu’un live.

Tout aussi étonnamment, le chef-d’oeuvre incompris d’un authentique génie se classe un peu moins bien dans les années 90

La force principal du podcast vient de la synthèse qu’elle peut faire des différents films, puisque le classement a assez peu d’importance face aux informations que l’on peut avoir. J’aime le cinéma, sans pour autant vouloir m’y plonger de manière encyclopédique. En ce sens Super Ciné Battle a parfaitement saisi l’essence d’un podcast mêlant discussion posée et vulgarisation. Et contrairement à bien d’autres, il le fait sans s’essouffler ou repenser sans cesse sa formule. Ce dernier point peut être vu comme un défaut ou un manque de prise de risque… mais c’est malgré tout la seule voie permettant à un podcast de développer une audience sur le long terme. Enfin, le mixage est de bonne qualité, en gardant à l’esprit que les 2 participants ne sont pas dans la même pièce. Pas de temps morts ou de coupures. On sent bien que le duo n’est pas face à face, mais le résultat reste très bon pour un podcast amateur. Je reprocherais juste à titre perso un mixage un peu bas, m’obligeant à pousser légèrement le volume par rapport à la moyenne podcastique.

Tom fait la tronche en geôlier… et il a de quoi. Pour la peine il se fait une petite ligne verte

Des reproches ? Un petit manque de confrontations entre les 2 amis. Il est clair qu’ on ne fait pas un podcast en ayant des idées diamétralement opposées, mais les cas de désaccords sont trop rares, ce qui pourrait pourtant donner un peu de piquant à l’exercice paraissant alors sage. En même temps, c’est une chose insolvable à moins de changer la personnalité de l’un et l’autre. MAIS… imaginons un instant un épisode switchant l’un des deux compères par le réalisateur Pitof et sa vision particulièrement piquante du cinéma, une bonne idée pour re-dynamiser n’importe quel podcast cinéphilique. Non ?

Petit florilège du réalisateur Pitof lors de ses récentes interview.

Une troisième voix peut-être (ce qui est arrivé dans les numéros spéciaux si je ne m’abuse) ? Un petit écart dans l’approche, un peu de prise de risque ou des hors séries plus fréquents ?

Force du nombre oblige, j’ai une préférence pour Nanarland et son espèce d’équilibre entre personnalités malgré la technique (audio) en deçà. Sans doute ce qui me fait réécouter un Nanarland alors que je ne le fais jamais ou presque pour un Super Ciné Battle. Les deux équipes ont pourtant des racines communes, SCB ayant déjà posé 2 têtes chez les amis du nanar.

Un surprenant dédain pour le cinéma Français et ses illustres faiseurs

Reste qu’à l’image de Nanarland justement, cela fait parti des podcasts que j’écoute presque immédiatement, occupé à une tache qui ne me demandera pas de réfléchir. Oui car écrire un test en même temps n’est pas encore du ressort de votre serviteur monocéphale et limité.

Un numéro à vous conseiller en particulier ? Alors non, j’en serai bien incapable, les épisodes n’ayant pas de thématique particulière. Faire dans l’ordre par décennie (le site indique bien quel numéro correspond à telle décade) est sans doute conseillé, mais pas une obligation.

Lien :

à propos de l'auteur

audio du village

laissez un commentaire

Secured By miniOrange